Actualités

Elevage: Filière Porcine: les agropoles mieux outillés

Un atelier de renforcement de capacité ouvert mardi à l’intention des éleveurs de Yaoundé, Bafoussam et Kribi.

 Alimentation de qualité plus bon aménagement. Une combinaison qui, d’après le Dr Mefedja, expert en élevage, garantit un élevage porcin réussi. Seulement, la non-maîtrise des techniques de production, de transformation ainsi que de valorisation de la viande porcine par les porteurs de programme Agropoles continuent de freiner le développement de la filière porcine, entraînant un gap de près de 40%. C’est à l’effet de remédier à ces tares, que l’Unité de coordination du programme Agropole a initié un atelier de renforcement des capacités des membres des Agropoles de production et de commercialisation de porc de Yaoundé, Bafoussam et Kribi. Une trentaine de producteurs de ces villes ont répondu présent à l’assise ouverte mardi à Yaoundé, sous la présidence du délégué régional du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) pour le Centre, Gaston Méyébé.

En effet, la demande nationale en viande de porc est estimée à 47 000 tonnes par an. Pour la satisfaire, le Cameroun importe 17 000 t, créant une perte de devises de 42 milliards de F. En vue de réduire les importations, un programme économique d’aménagement du territoire pour la promotion des entreprises de moyenne et grande importances dans le secteur rural au Cameroun (Programme Agropoles) a été conçu par le gouvernement. Trois agropoles ont donc été créés, à savoir : l’agropole de production et de commercialisation de porc de Kribi chargé de faire passer la production de 620 à 920 porcs par an, l’agropole de production et de commercialisation de porc de Bafoussam, chargé faire passer la production actuelle de 3100 à 7 300 porcs par an et celui de Yaoundé, qui avait pour mission de faire passer la production de 5 000 à 25 600 porcs par an.